Accueil » S’associer pour mieux questionner les NEA

S’associer pour mieux questionner les NEA

Trois personnes en pleine discussion

Des chercheurs et des enseignants s’associent pour mieux questionner et réfléchir ensemble aux « Nouveaux Espaces d’Apprentissage » (NEA) au sein de différents Lieux d’éducation Associés (LéA) et notamment du LéA ELiAN

Le LéA ELiAN

Le LéA Évaluation des Lieux Innovants d’Apprentissage avec le Numérique, LéA ELiAN pour les intimes, piloté par la cellule BEA dans le cadre de ses activités de recherche, associe des chercheurs et un réseau de quatre collèges et deux lycées de l’académie de Lyon.

Questionner les Nouveaux Espaces d’Apprentissage (NEA)

L’aménagement des espaces des différents établissements constituant le LéA ELiAN a généré des questionnements pédagogiques sur le lien entre espace et pratique. Il a ainsi amené les enseignants à s’engager dans une démarche collective d’évolution professionnelle appuyée sur un accompagnement par la Recherche. 

LéA ELiAN thématique de recherche

Les chercheurs et les enseignants – une trentaine de personnes au total – se réunissent régulièrement, soit via des webinaires soit dans les établissements concernés, pour étudier ensemble la transformation des pratiques et des postures enseignantes dans des lieux d’apprentissage dédiés à l’innovation et incitant à expérimenter des usages pédagogiques numériques (salles Lab, fablabs, salles de classe flexibles, espaces dédiés au travail collaboratif, etc.).

photo d'une réunion en présentiel du LéA ELiAN
réunion en distanciel du LéA ELiAN

Un LéA en réseau d’établissements

Parmi les établissements participant au projet, on trouve plusieurs « pionniers » des Nouveaux Espaces d’Apprentissage (NEA), qui ont d’ailleurs été lauréats des Journées nationales de l’innovation organisées chaque année par le ministère de l’éducation nationale :

  • Le projet ECLA du collège Jean-Philippe Rameau (Champagne au Mont d’Or), primé en 2016
  • Le Projet IDMAN du lycée La Martinière-Duchère (Lyon), primé en 2019
  • Les projets « collège lab » des collèges Ennemond Richard (Saint-Chamond) et Waldeck-Rousseau (Firminy), primés en 2021.

On trouve également dans le LéA ELiAN des établissements qui sont en train de mettre en place et d’investir des espaces d’apprentissage innovants, comme les collèges Jean de Tournes (Fontaine-sur-Saône) et Jean de la Fontaine (Roanne), ou encore le nouveau lycée innovant Dr Charles Mérieux (Lyon).

Les résultats de ce projet de recherche collaborative, qui commenceront à être disséminés à partir de 2021-2022, viendront nourrir une dynamique académique de formation et d’appui au développement professionnel des enseignants.

Quand des LéA se donnent rendez-vous

Parallèlement, le projet ELiAN est un point d’appui pour développer les discussions avec d’autres chercheurs. Un atelier a ainsi eu lieu le 8 avril dernier, dans le cadre des « Rendez-vous des LéA » organisés par l’Institut français de l’Éducation – École normale supérieure de Lyon, sur la thématique des espaces d’apprentissage. Son objectif était d’éclairer la façon dont la transformation des espaces d’apprentissage – à la croisée du numérique éducatif et de l’évolution du bâti scolaire – est travaillée dans les LéA

Aux côtés du LéA ELiAN, les représentants de deux autres LéA issus des académies d’Aix-Marseille et de Bordeaux sont venus témoigner et échanger avec les participants. Ils ont tout d’abord présenté les caractéristiques de leur LéA et la façon dont la notion d’espace d’apprentissage s’insère dans l’objet de recherche. Les échanges ont ensuite porté sur la définition de ces « espaces d’apprentissage », sur les méthodes et outils de recherche mobilisés pour travailler sur cette notion, et enfin sur l’intérêt d’une approche de recherche collaborative sur cette thématique.

Construire une culture commune autour des NEA

Les échanges ont mis en évidence plusieurs idées :

→ Le fait que l’expression  « espace d’apprentissage » est fortement polysémique et que ce n’est pas un concept stabilisé sur le plan scientifique. Il doit être pensé au sens large car il est non seulement un espace où l’élève va apprendre, mais également un espace d’enseignement, de didactique, de relation, de vie, de travail… 

L’idée que l’espace d’apprentissage est une composante essentielle de toute réflexion sur l’évolution de la forme scolaire, d’autant plus avec le développement d’espaces virtuels ou hybrides en complément des traditionnels espaces physiques d’apprentissage

→ Le constat, appuyé sur des témoignages issus de la situation actuelle dans les établissements et pour les élèves, selon lequel la question des espaces de travail revêt une acuité particulière en ce moment, avec des situations de souffrance ou tout du moins des élèves et des enseignants « chamboulés » par la reconfiguration à marche forcée et la porosité de ces « nouveaux espaces ».

Face à ces enjeux de recherche, les acteurs présents et notamment les chercheurs ont partagé leur intérêt pour des dispositifs de recherche collaborative qui favorisent la construction d’une culture commune pour aborder cet objet polymorphe, et pour à la fois produire de la connaissance, arriver à « penser ces nouveaux espaces » mais également penser l’accompagnement des acteurs de terrain.


Pour aller plus loin :


Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *